fbpx

Acquérir sa première résidence principale est source d’excitation mais aussi d’inquiétude, ce premier investissement coûteux n’est pas sans stress, il vous engage souvent sur un crédit et vous n’avez pas forcément les compétences d’un agent immobilier.. Comment faire pour acheter sa première résidence principale ?

Faire le point sur le financement..

Avant de vous engager , comparez les devis, réalisez des simulations en ligne ,  parlez en à votre banquier, vous êtes sur le point d’emprunter une forte somme pour au minimum les 15 années à venir, et l’évolution de votre situation personnelle et financière doit être anticipée . Dans cette optique , laissez vous une marge de manoeuvre, ne saturez pas votre capacité d’emprunt .

Pensez également à jeter un oeil aux différents dispositifs fiscaux qui vous permettent de réaliser des économies en investissant dans des secteurs précis, immobilier ancien ou neuf, votre gain sur vos impôts peut être conséquent.

Vérifier l’état du logement

Si vous achetez un bien en copropriété , vous devez obtenir avant la signature du compromis de vente les documents prévus par la loi ALUR pour attester l’état général du bien et de son entretien.

Dans tous les cas soyez attentifs aux postes des futures dépenses : la toiture et la charpente , les murs et les façades , Les plafonds et les planchers ( taches, moisissures), la chaudière, la plomberie, l’installation électrique .

Si vous faites un achat qui nécessite des travaux , pensez à faire appel à un expert pour en estimer le coût réel .

Pensez à consulter le cadastre pour connaître les limites de la propriété, y compris les annexes, caves, abri de jardin, combles, véranda qui doivent être construites avec une autorisation.

 

Pour une propriété individuelle par exemple, il faut savoir si les murs sont privés ou mitoyens ou s’il y a une servitude de passage. Certaines propriétés anciennes n’ayant pas accès à la voie publique, leurs propriétaires peuvent demander à emprunter un passage sur le terrain du propriétaire voisin.

 

Soyez vigilants pour les achats en copropriété

Prenez le temps de lire les procès verbaux des assemblées générales, vous verrez les travaux déjà réalisés, prévus et l’ambiance des copropriétaires.

Les travaux votés en assemblée générale avant la signature de l’acte notarié de vente seront à la charge du vendeur, même si vous êtes le propriétaire. Il est cependant possible de négocier entre acheteur et vendeur pour la répartition de ces frais lors du compromis et de l’acte de vente.

Prenez le temps de vous informer auprès du voisinage, de vous renseigner sur l’ambiance du quartier, la sécurité, les parkings, les infrastructures administratives, commerces de proximité. Le bien est aussi important que l’environnement dans lequel vous allez vivre.

L’entente avec les copropriétaires est fondamentale, votre investissement peut tourner au cauchemar si personne n’est jamais d’accord .

L’environnement direct de votre bien immobilier

Le mode de vie, les commerces disponibles, l’ambiance de quartier, les nuisances sonores… sont des critères à prendre en considération dès le départ, impactant votre vie au quotidien , les négliger peut s’avérer dangereux .

Quand bien même vous seriez particulièrement pressé par votre situation personnelle, prenez un minimum de temps pour réfléchir à tête froide, surtout si vous avez eu un coup de coeur, vous pouvez vous emballer pour quelque chose qui ne répondrait pas en réalité à vos véritables besoins.

Consultez le POS (Plan d’Occupation des Sols) et le PLU (Plan Local d’Urbanisme) afin de connaître les projets de construction et d’aménagements prévus ou possibles autour de votre futur logement.

Vérifier également le règlement d’urbanisme si vous souhaitez réaliser des travaux dans votre futur logement : changer les volets, repeindre la façade… Ces changements sont parfois réglementés pour garantir l’harmonie du quartier.

 

 

 

Originally posted 2019-06-20 11:55:03.

À propos de l'auteur

Eve Elegnia

Eve Elegnia

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :