La vente en viager, bonne ou mauvaise idée ?

La vente en viager est une formule d’acquisition immobilière atypique et séduisante pour de nombreux français . Loin d’être oubliée et désuète, cette pratique immobilière connaît aujourd’hui un regain de popularité du fait du vieillissement progressif de la population et du besoin d’une retraite complémentaire.

Les régions les plus concernées sont l’Ile de France et le sud de la France .

Qu’est ce que la vente en viager ?

Dans le cadre d’un viager, l’acheteur – ou « débirentier » – procède à l’acquisition d’un bien immobilier auprès d’une personne âgée – le « crédirentier ». La différence avec une vente classique réside dans l’économie importante réalisée avec une vente en viager , ou l’on paie en moyenne 30 à 40 % de la valeur du bien .

La contrainte principale, c’est que l’acheteur s’engage jusqu’au décès du vendeur ou du couple vendeur.

Cette rente viagère prend la forme, le plus souvent, d’un versement mensuel.

Le montant de la rente viagère varie en fonction de l’age du vendeur et de l’acheteur et du bouquet initial.

De plus le vendeur conserve un droit d’occupation des biens jusqu’à son décès sauf pour les viagers libres qui permettent à l’acheteur de s’installer immédiatement mais qui sont moins attractifs pour les vendeurs .

À quel âge faut-il vendre en viager ?

La rente, tout d’abord, bénéficie d’un traitement fiscal plus incitatif entre 70 et 85 ans. En effet, si le viager est conclu après les 70 ans révolus du vendeur, elle fait l’objet d’un abattement de 70 % avant impôt sur le revenu.

A partir de 85 ans , la rente peut être très rentable pour le vendeur .

Le viager en famille est déconseillé même s’il est fréquent pour éviter les conflits familiaux et une amende du fisc qui peut requalifier la vente en donation déguisée si le viager est trop avantageux , il n’est plus acheteur mais héritier .

Les vendeurs sont incités à mentionner une clause résolutoire qui garantie l’annulation de  la vente en cas de cessation du paiement de la rente.

Les acheteurs doivent être attentifs à l’état du bien pour prendre en compte les différents travaux à réaliser dans l’avenir .

En tant que nouveau propriétaire du bien, toutes les grosses réparations sont à la charge de l’acheteur d’un bien en viager, avant même que le vendeur quitte les lieux.

 

À propos de l'auteur

Defisc

Anthony spécialiste en défiscalisation de patrimoine,je partages ici mes connaissances

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :