fbpx

LES 10 ASTUCES D’Artur POUR RÉUSSIR SON INVESTISSEMENT EN LOI PINEL

1. Investir à crédit

Investir à crédit permet de s’enrichir avec l’argent d’un tiers et donc de ne pas se démunir de son épargne, de bénéficier fiscalement de la déductibilité des intérêts d’emprunt, de bénéficier d’une prévoyance en cas de décès grâce à l’assurance emprunteur.
D’autant plus intéressant que les taux d’intérêt sont bas !

2. Demander un financement « acte en main »

Au moment du montage de l’offre de prêt, demandez à financer également les frais d’acquisition (frais de notaire) et tous les frais liés au prêt (garantie de prêt, frais de dossier bancaire, frais de courtage éventuels). Cela évite d’avoir à faire de l’apport et les intérêts d’emprunt sont déductibles des loyers au moment de la déclaration des revenus locatifs !

3. Garantir son prêt par une caution bancaire plutôt qu’une hypothèque

En obtenant une caution bancaire, même si elle peut être plus cher au départ que l’hypothèque, vous pourrez avoir deux avantages au moment de la revente : ne pas avoir à supporter le coût de la levée d’hypothèque (environ 1000 euros) et récupérer potentiellement une partie de la caution donnée au départ !

4. Pensez à inclure les frais d’acquisition dans le prix de revient du logement

La réduction d’impôt se calcule généralement sur le prix de revient du logement, frais d’acquisition compris (environ 2,5% de frais de notaire à rajouter au prix du logement dans le neuf). Cela permet d’augmenter le prix servant de base de calcul pour l’application de la réduction d’impôt !

5. Ne pas surinvestir

Les dispositifs d’investissement défiscalisant offrent généralement une réduction d’impôt et non pas un crédit : si la réduction d’impôt venait à dépasser votre impôt sur le revenu, l’excédent de réduction non imputable serait perdu. Estimez bien votre impôt pour bien estimez le prix d’achat du logement à ne pas dépasser !

6. Déclarer fiscalement ses investissements au réel

Dans la plupart des cas, et en particulier lorsque l’investissement a été réalisé à crédit, le montant des charges déductibles dépasse largement le taux forfaitaire proposé par le fisc. Notamment les frais de gestion, les assurances du logement, les garanties locatives, les charges de copropriété, la taxe foncière, les frais financiers (intérêts et assurance du prêt) et les éventuels travaux. Beaucoup plus avantageux que le micro-foncier ou le micro-BIC !

7. Déclarer les intérêts d’emprunt même en l’absence de loyers perçu

Pendant la phase de construction, des intérêts et l’assurance de prêt sont généralement payés, mais aucun loyer n’est encore perçu. Pensez malgré tout à déclarer vos charges financière (garantie de prêt, frais de dossier bancaire, frais de courtage, assurance du prêt, intérêts intercalaires) de sorte à ne pas les perdre : ils seront mis en réserve pour pouvoir s’imputer sur les revenus fonciers des 10 années suivantes !

8. Vérifier les charges locatives estimées

Pour vendre plus facilement, certains vendeurs sous-estiment généralement des frais et charges qui devront être payées par le propriétaire de sorte à diminuer l’effort d’épargne à consentir. Vérifier les frais de gestion, les assurances locatives, les charges de copropriété et la taxe foncière pratiquée dans la commune !

9. Ne pas se fier au loyer plafond

Ne vous fiez pas aux simulations d’investissement trompeuses remises par des promoteurs avides de vendre ou des conseillers mal avisés. En effet, pour gonfler le rendement locatif attendu, certains n’hésitent pas à annoncer une location future au plafond de loyer prévu par la loi. Erreur : le loyer de marché est souvent en deçà et vous éviterez des déconvenues en

10. Vérifier les charges locatives estimées

L’investissement immobilier requière de nombreuses compétences pour ne pas faire d’erreur grossières… un conseiller en gestion de patrimoine saura vous accompagner, vous proposer les meilleurs supports d’investissement en toute indépendance et surtout éviter de perdre de l’argent. Qui n’aura pas oublier d’assurer le logement correctement, de le déclarer au centre des impôts fonciers pour bénéficier de l’exonération totale ou partielle de taxe foncière pendant 2 ans, de déclarer correctement les revenus locatifs, d’appliquer la réduction d’impôt à obtenir, etc ? Faites appel à un professionnel du conseil saura vous éviter bien des écueils…

METTEZ VOS IMPÔTS AU SERVICE DE LA COLLECTIVITÉ ET DE VOTRE RETRAITE

Que vous apporte la Loi Pinel ?
Ce n’est pas un hasard si vous entendez souvent parler de cette loi : grâce à elle, vous pouvez devenir propriétaire d’un appartement ou d’une maison dans une grande ville pour seulement 150€ par mois !

LOI PINEL. VÉRIFIER SI VOUS ÊTES ÉLIGIBLES Est-elle maintenue en 2019 ?
Compte-tenu de l’efficacité du dispositif sur la construction de logements et sur l’emploi, la mesure est maintenue par le nouveau gouvernement d’Edouard Philippe jusqu’en décembre 2019.

Pourquoi investir aujourd’hui ?
Tout d’abord, l’Etat vous rembourse jusqu’à 21% de votre acquisition sur 12 ans, soit jusqu’à 72 000€.
Contrairement aux idées largement répandues, défiscaliser est un acte citoyen : en investissant en loi Pinel, vous choisissez d’utiliser l’argent de vos impôts pour construire des logements neufs. Le gouvernement d’Edouard Philippe nommé par Emmanuel Macron confirme la loi Pinel jusqu’au 31 décembre 2019 afin de répondre au déficit chronique d’appartements en location pour les familles Françaises. Utilisez le simulateur pour savoir si vous êtes éligible au dispositif Pinel. Vous recevrez également notre guide de l’investisseur citoyen.

%d blogueurs aiment cette page :